La maison passive et les nouveaux standards en matière d’efficacité énergétique

Dans le domaine des habitations durables, les évolutions se succèdent à un train d’enfer. Parmi elles, le concept de maison passive peut réellement faire la différence à long terme. Ce type d’habitations hyperefficaces est de plus en plus populaire.

L’appellation « maison passive » tire son origine dans le fait que ces bâtiments sont chauffés et refroidis de manière naturelle ou passive. Le principe de base est donc de proposer des habitations confortables, énergiquement efficaces et bénéficiant d’une exceptionnelle qualité d’air, à un prix abordable. Ce qui ne doit pas se faire au détriment du design et de l’esthétique de l’habitation. Nous approfondirons le concept de maison passive dans cet article.


La première maison passive, construite à Darmstadt (Allemagne), dans les années 90
Source : Wikimedia Commons

Qu’est-ce qu’une maison passive ?

Une maison passive est un bâtiment qui est très bien isolé et très économe en énergie. En été, la ventilation et les volets, de même que l’orientation de l’immeuble et de ses fenêtres, assurent le refroidissement. En hiver, le chauffage provient du soleil, mais aussi de la chaleur issue de la cuisine ou de l’utilisation d’appareils ménagers. La chaleur générée par les habitants est même utilisée.

Comparées aux bâtiments traditionnels, les maisons passives peuvent réaliser une économie d’énergie de 90 %. L’économie est de plus de 75 % en comparaison des nouvelles constructions habituelles. Même au sein des bâtiments qui sont refroidis « de manière active », la quantité d’énergie économisée est importante. Notre planète connaît des climats très variés, les normes entourant les maisons passives changent donc aussi en fonction du lieu de construction.

L’origine des maisons passives

Partout dans le monde, on trouve des structures d’habitation anciennes qui peuvent être considérées comme les ancêtres des maisons passives. C’est le cas d’anciens bâtiments en Iran, au Portugal ou en Corée.